Publié dans Mexique

Palenque et Calakmul

Samedi 22 février

Pour les amateurs de rugby que nous sommes, ce jour coïncide avec le match Galles-France dans le tournoi des 6 nations. Malheureusement, le Mexique n’est pas encore une terre d’Ovalie et nous ne verrons l’exploit tricolore que le soir en replay sur nos téléphones.

De toute façon, à l’heure du coup d’envoi, nous sommes en route sous une pluie fine et dans la brume, pour les cascades d’Agua Azul de Misol Ha. Ces deux sites, noyés dans la jungle, nous font faire un petit détour sur la route de Palenque mais quel spectacle, surtout à Misol Ha où un sentier nous conduit derrière les chutes d’eau. Très rafraîchissant !!

Dimanche 23 février

Cette fois, c’est une guide française mais vivant au Mexique depuis 30 ans qui nous dévoilera une partie des secrets de la cité de Palenque.

Le rayonnement de la cité doit beaucoup au règne de Pakal, souverain représenté par les glyphes du soleil et du bouclier, qui détient un record de longévité pour l’époque puisqu’il serait mort  à 80 ans. Il a bien sûr profité de cette longue existence pour bâtir une grande partie de la cité. A la fin de son règne, son fils, Jaguar-Serpent II poursuivra son œuvre.

Palenque fut abandonnée vers l’an 900 en raison des très fortes précipitations de la région et les ruines furent recouvertes par la végétation . Ce n’est qu’au milieu du XIX eme siècle qu’elle fût redécouverte par des archéologues et des explorateurs. Aujourd’hui encore, des trésors cachés sont mis à jour régulièrement.

C’est la première fois que nous allons pouvoir pénétrer à l’intérieur d’une pyramide pour découvrir le sarcophage de la Reina Roja, probablement l’épouse de Pakal.

La tombe de Pakal fut découverte dans le Templo de las Inscripciones, l’édifice le plus imposant de Palenque. Il doit son nom à la découverte d’immenses plaques de stuc recouvertes d’inscriptions mayas relatant l’histoire du site. Du sommet de la pyramide, un escalier secret intérieur descend jusqu’à la tombe du roi.

El Palacio est un chef-d’oeuvre composé de 4 cours intérieures renfermant un dédale de chambres et de couloirs. Une tour permettait aux prêtres mayas et aux rois d’observer le soleil lorsqu’il illuminait directement le Temple des Inscriptions pendant le solstice d’hiver.

Cathy, notre guide, profite de cette visite pour nous brosser un tableau peu reluisant de la société mexicaine gangrenée par des années de corruption et les pouvoirs des cartels de la drogue. Elle espère beaucoup du nouveau président et nous explique que la poursuite de la restauration des sites archéologiques n’est évidemment pas la priorité du gouvernement.

El grupo de las Cruces est un ensemble de 3 pyramides bâties par le fils de Pakal et dédiées à la triade de divinités protectrices de Palenque (temples de la Croix, de la Croix feuillue et du Soleil).

Encore 5 heures de route pour arriver à l’hôtel Chicanna Eco Village. A part les filles qui se chamaillent régulièrement pour savoir qui aura l’honneur de s’assoir à côté de Milo, ces longs transits se passent plutôt bien malgré le confort sommaire du Toyota d’Argel.

Lundi 24 février

Le réveil est réglé sur 5h30. Ca pique les yeux !! Nous embarquons Milo encore tout endormi et en pyjama, nous récupérons nos lunch box pour un petit déjeuner dans le van et nous rejoignons Bianca, notre guide anglophone à l’entrée de la Reserva de la Biosfera de Calakmul. Au coeur de cette réserve qui couvre près de 15% du territoire de l’Etat, les ruines sont entourées d’une forêt tropicale dense qui semble ne jamais s’arrêter.

Comme des explorateurs, nous nous enfonçons dans cette jungle en file indienne, derrière Bianca, en faisant le moins de bruit possible, ce qui est un exercice très difficile pour Milo. Il fait frais et nous espérons traquer le jaguar légendaire de cette région. Malgré tous nos efforts, nous n’apercevrons que quelques dindons sauvages, deux petites grenouilles, un couple de singes araignées et une biche effarouchée sous le chant de perroquets invisibles. Pas plus de félins que de toucans.

Considérée comme d’une des plus grande cité maya, comparable en taille et en importance historique avec Tikal, sa rivale guatémaltèque, elle accueillait autrefois plus de 50000 personnes. Seule la partie centrale du site est restaurée depuis sa découverte en 1931 et près de 6000 constructions sont encore recouvertes par la jungle.

Nous grimpons sur l’Estructuta II, la plus grande pyramide du monde maya d’où nous voyons émerger des cimes les autres pyramides qui entourent la Gran Plaza. Bon travail pour les quadriceps ! Autres particularités du site, la présence de plusieurs centaines de stèles disposées au pied des monuments sur lesquelles étaient gravés les événements clés de la vie de la capitale du royaume de  » la Tête de Serpent » et la découverte de plusieurs tombeaux contenant les restes de femmes, probablement des reines.

Cette cité oubliée, noyée dans la végétation où les arbres et les pierres se mélangent nous replonge un peu dans l’atmosphère de certains temples d’Angkor.

Après ces 2 sites incontournables que sont Palenque et Calakmul, nous quittons l’Etat de Campeche pour rejoindre la lagune de Bacalar dans le Quintana Roo. Nous logeons dans un bel appartement dans un village installé au bord de l’eau. Le soir, apéro et diner à la Playita dans une ambiance plutôt seventies.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s