Publié dans Mexique

Sur la route d’Uxmal

En 1542, quand les Conquistadors de Francisco de Montejo prirent T’hó, ils découvrirent une importante cité maya qui leur rappela l’architecture romaine de Merida, en Espagne.

C’est ainsi que T’hó rebaptisé Merida devint la capitale régionale. Aujourd’hui encore, c’est le cœur commercial de la péninsule. Nous flânons un peu autour de la Plaza Grande et de la catedral de San Ildefonso.

Nous partons maintenant vers la commune de San Antonio Mulix pour une nouvelle excursion cénote. Cette fois, pas de vélo taxis, seulement des VTT de bric et de broc mais qui roulent. Milo grimpe sur le dos de Polo et en avant Guigamp, c’est parti pour 5 bornes en plein cagnard. A la demande insistante de l’organisatrice, nous nous arrêtons au cénote X’batun, la plus proche, délaissant celle de Dzombakal. Au retour, une Corona version XXL est bien méritée. Eh oui, la Corona existe depuis longtemps au Mexique et nous sommes tous contaminés…mais en bonne santé. Salud !!

Nous passons l’après-midi dans la coopérative agricole Mun Ha où nous allons apprendre à préparer du guacamole et des tortillas, à tisser un hamac, à planter de la coriandre et des pois et même à danser. On est pas encore prêts pour danse avec des stars. Par contre, comme chez Sapet, nous dégustons nos préparations. Muy bonita !! Tout comme la Margarita servie pour nous accueillir.

La coopérative,  par le biais de ce projet touristique, permet d’offrir de nouvelles ressources à la population locale en créant des emplois et en développant l’artisanat yucathèque.

En raison d’un arrivage massif de bus touristiques, l’Hacienda de Uxmal nous surclasse dans un hôtel tout proche où nous trouvons tous un avantage : 2 belles piscines, de grandes chambres, un très bon petit-déjeuner et la proximité immédiate du site d’Uxmal, ce qui nous permettra d’être sur place dès l’ouverture. Seule ombre au tableau, une nuit courte interrompue par la crise la laryngite aigüe de Milo qui avait beaucoup de difficulté pour respirer. Heureusement, Fanny qui prévoit toujours l’imprévisible sort de sa trousse à pharmacie un comprimé de Solupred. Quelques minutes plus tard , le miracle de la cortisone s’accomplit et Milo se rendort paisiblement. Nous, un peu moins.

Lundi 17 février

Notre guide du jour se prénomme Juan et c’est un peu le sosie de Dario Moreno. Uxmal signifie 3 fois (construite , détruite, abandonnée) en langue maya mais certains archéologues pensent qu’elle aurait été batie 5 fois. L’implantation d’une cité dans une région aussi aride témoigne de l’ingéniosité des mayas qui vont construire des tas de réservoirs et citernes (chultunes) enduits de chaux vive pour stocker de l’eau avant les saisons sèches . On comprend pourquoi Chac, le dieu de la pluie est si présent ici.

Casa del Adivino
La maison du Devin est une pyramide de 35m aux formes arrondies inhabituelles. Seule sa porte ouest est richement décorée et représente un gigantesque masque chac. Ici aussi,  l’acoustique est étonnante et chaque applaudissement résonne comme le chant du quetzal.



Cuadrangulo de las Monjas
Cet immense quadrilatère était probablement une sorte d’université ainsi qu’un lieu de réception et de rites religieux avec sa pierre sacrée centrale. A travers le nombre d’ouverture de chaque façade et les 3 différents niveaux de construction, nous retrouvons toute la connexion des Mayas avec leurs croyances célestes et leur cycle calendaire.

Palacio del gobernador

Nous grimpons jusqu’au palais du gouverneur qui bénéficie d’une terrasse surplombant tout le site. Pourquoi se priver quand on est gouverneur ? La partie inférieure de la façade est lisse tandis que la partie supérieure alterne des représentations de Chac et des formes géométriques.

Casa de las tortugas

Selon un mythe maya, les tortues souffraient autant que les humains de la sécheresse et priaient avec eux pour que Chac fasse venir la pluie.

Nous terminons cette très intéressante visite par l’entraînement de Jade qui gravit les 72 marches de la grande pyramide en courant. Son entraîneur lui a laissé des consignes, elle ne doit pas se laisser aller pendant les vacances. Pour la descente, prudence car la pente est de 45°.

Nous avons préféré Uxmal à Chichen Itza en raison de l’état de préservation du site, de sa plus petite taille et de l’absence de vendeurs ambulants. Il est très facile d’imaginer la beauté et la grandeur de ce lieu il y a 1400 ans en ajoutant les couleurs et les décorations disparues avec le temps.

Sur la route de Campeche, nous traversons Becal, la capitale yucathèque du panama ou jipijapas.

Nous finissons par trouver la fabrique artisanale de la famille Accosta où l’on va nous montrer tout le processus de confection à partir des fibres du palmier huano. Les fibres sont d’abord séchées au-dessus de fumées souffrées puis rincée à l’eau savonneuse  chlorée avant d’être tressées dans une cave garantissant une humidité constante. La qualité dépend de la finesse des fibres et le temps de fabrication peut varier de 2 jours à un mois. Il n’existe plus que 3 fabriques artisanales à Becal et nous ne résistons pas à l’envie de maintenir cette activité locale en troquant nos casquettes pour des jipis.

Maintenant que nous sommes protégés du soleil, nous rejoignons le golfe du Mexique à Campeche où nous logerons à l’hôtel Castemar et son joli patio.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s