Publié dans Carnet de route, Nouvelle Zélande

Where’s the Eden Park ?

Pour tout amateur de rugby, l’Eden Park est un stade mythique au même titre que Lansdowne Road à Dublin ou le Millenium de Cardiff. Pourtant, dans un pays où le rugby est une religion, il est difficile de nous faire expliquer le chemin pour aller dans ce stade d’Auckland. Allez demander à un chauffeur de taxi marseillais où se trouve le stade Vélodrome, il vous y conduira les yeux fermés, même si ce n’est pas un supporter de l’OM (ce qui serait plutôt une exception ).

Nous quittons l’appartement une heure et demi avant le début du match, ce qui devrait nous laisser un peu de temps pour profiter du stade et boire une bière avec les 2 roues. Le trajet en bus dure environ 30 minutes. ..à condition qu’il y ait des bus, bien sûr. La ligne que nous devions prendre est fermée jusqu’après le match. Là, ça craint carrément ! Si on ne trouve pas un taxi dans les minutes qui viennent, nous allons rater le coup d’envoi. Est ce qu’ils font le Pilou Pilou ici ? Miraculeusement, un taxi se présente dans les temps, sauf que le chauffeur ne connaît pas l’adresse du plus grand stade de rugby de Nouvelle Zélande.  Le stade où se déroula la finale de la coupe du monde 2011 ; le stade où un certain 14 juillet 1979, le XV de France de JP Rives battit pour la première fois les All Blacks à domicile ;  l’Eden Park, quoi ! Heureusement que son GPS n’est pas en rade, sinon je n’aurais pas pu écrire cet article.

L’Eden Park est un stade magnifique et moderne qui peut contenir jusqu’à 60000 personnes.  Outre le rugby, il accueille régulièrement la Rugby League ( jeu à XIII ) très populaire et des matchs de cricket. Mais ce soir, ce n’est pas la grande affluence. Si les matchs des All Blacks se jouent toujours à guichets fermés, les kiwis préfèrent regarder le Super Rugby au pub ou à la maison en buvant des bières avec des potes. Ça au moins, c’est universel !  De plus, les Blues et les Highlanders de Dunedin sont actuellement considérées comme les 2 franchises néo-zélandaises les plus faibles. Mais ne faisons pas la fine bouche, nous sommes dans un stade de légende avec nos potes (on a des bières aussi ) et nous sommes là pour encourager les Blues de Tana Umaga. 

 

Les enfants sont aux anges et agitent leurs drapeaux dès que les Blues attaquent. Milo fait des aller retour  dans les tribunes désertes et ajoute un deuxième stade à sa collection débutante après Mayol.


Pour parler du match, je pense que ce soir, les meilleures équipes du Top 14 n’auraient pas à rougir de la comparaison avec leurs homologues de l’hémisphère sud. Le jeu est cependant plus rapide avec beaucoup d’engagement mais aussi pas mal de fautes de main. Par contre, les mêlées sont peu disputées et quasiment pas de pénalité sur ce secteur du jeu, ce qui contribue à accélérer le jeu. Les Blues s’inclinent 16-19 au bout d’un match moyen et auraient même pu l’emporter sur la sirène sans un dernier en-avant à 1 mètre de la ligne.

Cette soirée fut d’autant plus agréable que la pluie s’est arrêtée comme par enchantement pendant tout le match malgré un ciel noir plus que menaçant. Sans doute le signe que nous nous envolerons demain vers des cieux plus ensoleillés, dans un autre grand pays de rugby,  chez les Wallabies.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s