Publié dans Carnet de route, Philippines

Bohol island

Réveil 4h30. Nos sacs sont bouclés depuis la veille et Rod Stewart nous a apportés des sandwichs. Petit stress matinal car Robert, notre chauffeur de jeepneys, nous avait promis d’être là à 4h45 pour nous aider à charger les bagages et il est 5h passé…

Finalement, il arrive dans un véhicule qui ressemble à une boîte de nuit, musique techno et éclairage compris. Quelques minutes plus tard, nous sommes assis dans un fastcraft d’Oceanjet à la climatisation polaire. Direction Tagbilaran via Dumaguete. Puis 2h de taxi jusqu’à Anda et l’Anda White beach resort où nous passerons nos 4 dernières aux Philippines. Il fait un temps superbe et la plage est magnifique mais c’est marée basse et il faut marcher une centaine de mètres dans une sorte de vase où sont délicatement posés des oursins aux épines conséquentes. Pas très engageant pour un 1er contact. De toute façon, tout le monde a un petit coup de barre donc sieste obligatoire avant la piscine.

Le lendemain matin, plutôt que des boots de plongée un peu fatigués,  nous utilisons les kayaks de mer mis à notre  disposition par le resort et Milo fait son baptême à la pagaie. Les filles se débrouillent déjà mieux que sur Negros. Par contre, sous la surface, le spectacle n’est pas au rendez-vous. Du sable, des algues, quelques coraux sans vraiment de couleurs et une faune quasi inexistante en dehors des oursins et de quelques étoiles de mer. C’est râpé pour le snorkeling !



Le lendemain, le petit déjeuner est avancé à 7h00 car nous partons toute la journée en excursion : Chocolate Hills, tarsier sanctuary, Bohol Bee  Farm et Baclayon church.

La route vers les Chocolate Hills est une des plus belles que nous avons emprunté aux Philippines.  Elle serpente au milieu de rizières en terrasse bordées de cocotiers avec les montagnes en arrière.  Le ciel est couvert, ce qui donne encore plus de charme au tableau. Nous traversons de petits villages aux maisons modestes, des écoles colorées avec des décors éclatant et partout des sourires  et des signes de la main. Nous sommes partis si tôt pour avoir une bonne lumière et surtout pour éviter les cars de touristes chinois. C’est raté, ils sont déjà là. La visite se résume à l’ascension d’un belvédère au milieu  de dizaines de collines ondulantes s’étendant à perte de vue.

Les collines doivent leur nom à la végétation semblable à une pelouse qui prend des teintes brun chocolat pendant les mois les plus secs (de février à juillet). Elles résulteraient du soulèvement d’anciens dépôts de coraux, façonnés ensuite par la pluie et l’érosion. Une légende locale les attribuerait plutôt aux larmes d’un géant dont le cœur aurait été brisé. Géologie ou chagrin d’amour, à vous de vous faire une idée.

Nous poursuivons notre journée avec le sanctuaire des tarsiers de Corella. Sanctuaire est un grand mot car nous n’en verrons en tout et pour tout que 5 exemplaires que nous montrent des employés du centre. Heureusement car ils sont si petits et si bien cachés que nous aurions mis du temps à les observer. Le tarsier, l’un des plus petits primates au monde et le plus ancien membre de cet ordre, du haut de ses 45 millions d’années, est aujourd’hui une espèce en danger. Il vit également sur Samar, Leyte et dans certaines régions de Mindanao, mais c’est la province de Bohol qui fait le plus d’efforts pour sensibiliser la population et tenter de le sauver. Pour plus d’infos sur ce petit animal, lire le reportage des filles dans La balade de Bohol.

Déjeuner à la Bohol Bee Farm, un concept ecolo avec ferme organique, resto, boutique bio,  fabrication de miel et de glaces maison. Plutôt sympa, quoique bruyant et un peu moins touristique que la croisière repas sur la Loboc river où des dizaines de bateaux se suivent en file indienne.

Sur la route du retour, nous faisons un bref arrêt à Baclayon pour constater que l’église de 1757 en pierre de corail a subi de gros dégâts lors du tremblement de terre de 2013 (près de 9000 morts d’après notre chauffeur).

Le temps est très variable depuis notre arrivée aux Philippines, les nuages prenant rapidement la place de l’azur et c’est même sous la pluie que j’effectue une deuxième plongée avec l’équipe du Blue Star. Encore raté pour des coraux aux couleurs vives. C’est bien dommage car le site est magnifique et la faune diversifiée (lionfish, poisson -pierre, nudibranches, poisson-clowns , diodons,…)

La page philippine de notre voyage ne va pas tarder à se tourner, une fois que les filles auront échanger des adresses mail avec Lorenz et Ida, leurs partenaires de jeu à la piscine. Ils habitent Stuttgart et Lorenz cherche un correspondant pour améliorer son français.

 Demain, nous débutons un marathon de 2 jours qui doit nous mener jusqu’à Christchurch en Nouvelle Zélande, le gros morceau et la raison principale du voyage.

PS : les connexions n’ont pas été excellentes pendant ces 3 semaines et la publication de nos articles a pris du retard. Notre parcours très itinérant et en dehors des grandes villes en Nlle Zélande risque de ne pas améliorer ce problème. Soyez patients, dès que nous avons du réseau, nous publions !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s