Publié dans Sri Lanka

Une nuit à Dubai…

Tout avait pourtant bien commencé. Un bon hôtel à 2 pas de l’aéroport, un petit déjeuner frugal mais sympa et c’est tout pour les bonnes nouvelles de la journée.

Lors du Check in, Emirates remarque que notre vol Dubai-Colombo n’est pas pris en compte dans notre billet et qu’il faudra refaire un enregistrement pendant l’escale de Dubai. C’est-à-dire récupérer nos bagages (on était si content de voyager léger pendant quelques heures ), trouver le comptoir de Sri Lanka Airlines dans un des plus vastes aéroports du monde, faire le nouveau check in, changer de terminal et embarquer. Le tout en un peu plus de 2 heures puisque notre vol est retardé de 50 minutes ! Je ne sais pas qui nous a posté ce défi mais ça commence très fort. L’hôtesse essaie bien de nous enregistrer depuis son pupitre mais nous n’avons pas dû tomber sur la première de sa promotion. Quand rien ne veut marcher…À croire que le champagne de Sabine et Jean Mi n’était pas frais ! Non, c’est de l’humour…noir. En plus, notre super sac Osprey est trop grand, même pour l’A380 et il faut le déposer avec les bagages hors gabarit au milieu des planches de surf et d’énormes cantines. Pas grave, cela corsera un peu notre challenge avec une pénalité temps supplémentaire.

Et même une fois installés dans nos sièges, les filles se réjouissant à la lecture du menu et de la liste de films disponibles, nous se sommes pas au bout de nos (mauvaises) surprises car la douce voix de l’hôtesse nous annonce un nouveau retard : la piste est gelée, l’avion est gelé, il y a du brouillard et du trafic en raison de conditions climatiques qui ont engendré pas mal de retard sur d’autres vols. Puis l’équipage s’aperçoit qu’un passager a quitté l’avion en laissant ses bagages. Dans le climat actuel, c’est le branle bas de combat à bord avec vérification de tous les bagages afin de retrouver celui du déserteur. Résultat des courses, nous décollons finalement à 13h45 au lieu de 9h55, soir près de 4 heures de retard. Autant dire que notre correspondance est définitivement ratée et que nous serons moins pressés pour l’enregistrement de notre vol pour Colombo. Reste à savoir à quelle heure ?

Nous atterrissons quasiment à l’heure où le vol UL 226 décolle pour Colombo. À partir de là, il faut se remémorer le film « Terminal » de Splielberg car nous allons réaliser une sorte de remake. Nous rebondissons de comptoirs en guichets en passant par des transfer desk, utilisons des dizaines d’ascenseurs et d’escalators, parfois pour revenir au même endroit (un vrai labyrinthe), nous passons les contrôles de sécurité à 4 reprises sans même sortir de l’aéroport pour finalement arriver au terminal 1 où se situent les compagnies desservant le Sri Lanka. Emirates, élue meilleure compagnie aérienne en 2015, refusé de nous dédommager sous quelques formes que ce soit du retard de leur premier vol : chambre d’hôtel, changement de billet, surclassement, n’importe quoi pour nous remonter le moral et permettre aux enfants de se reposer. Nous allons devoir nous débrouiller tout seul ! Même si le niveau de jeu de l’OM n’est pas flamboyant, ce n’est pas demain que je vais devenir supporter du PSG ( ça c’est pour Julian, le copain de Justine). Nous sommes donc au terminal 1, il est 2h du matin et nous essayons de prendre un vol pour Colombo.  La seule possibilité pour ne perdre qu’un jour dans la magnifique location de Galle, c’est de prendre un vol à 6h15 avec escale à Mascate (Oman) mais il ne reste que 2 places en classe eco. Malgré le prix exorbitant ( presque la moitié de notre billet tour du monde ), nous prenons ces 2 places avec 2 places en business Class. Le côté positif de l’affaire (il faut toujours essayer de garder le moral), c’est que Fanny va tester le confort des sièges business qui nous font toujours rêver quand nous montons dans les avions.


Sur cette note optimiste, nous nous octroyons une pose Mc Do bien méritée avant d’embarquer. Milo, qui avait été parfait jusque là, trop peut-être , nous gratifie de son repas de midi sous la forme d’une belle gerbe éclaboussant sa poussette et ses baskets. Quand on vous dit qu’on est noir ! Bref, après un lavage et un change en urgence,nous voilà en zone d’embarquement pour ce qui devrait être le bout de notre tunnel. Tout le monde est naze et on dort comme on peut.


Curieusement, nous remarquons qu’il y a peu d’avions sur la piste et beaucoup de brouillard, beaucoup trop de brouillard… De retard en retard, notre vol est finalement annulé n’ayant pas pu décoller de Mascate. A ce stade, nos nerfs sont à fleur de peau et les larmes ne sont pas loin de couler chez les filles, la fatigue aidant. Quelqu’un nous a jeté un sort, ce n’est pas possible autrement, nous pensons tout de suite à Mr Guy qui n’a sûrement toujours pas digéré notre escapade cucuronesque sans lui !!

Si tout va bien, mais restons prudent jusqu’au bout, nous aurons un vol ce soir pour arriver enfin à Colombo en début de matinée. Heureusement que nous ne sommes pas partis à Koumak. En attendant, nous profitons des privilèges de la classe business conformément installés dans le lounge de la Skyteam…

9 commentaires sur « Une nuit à Dubai… »

  1. Coucou,

    Un vol retardé de 4 heures et le vol suivant annulé, c’est pas mal au niveau statistique !!
    Normalement, après ça, vous devriez être tranquilles pour le reste de votre voyage…
    Cependant, il faut assumer et ce n’est certainement pas facile sur le coup. Après, ça restera un souvenir qui vous fera sourire, mais après seulement.
    Bon, les choses vont rentrer dans l’ordre et vous vous retrouverez à Galle dès demain, pour votre plus grand bonheur.
    En attendant, savourez le champagne de la Business en guise de réveillon…..
    Bon courage
    Bises à tous
    Josiane & Alain

    J'aime

  2. Tout ça pour finir en business ! La class !!! Allez on vous envoie un jet de chance ( ici aussi brouillard et froid pourvu qu’il parte !!) bisous

    J'aime

  3. Ouïe…ça craint…on est un chouilla blêmes de vous lire…dans 5 jours c nous! Emirates aussi, A380 aussi, Dubai aussi… espérons que les aussi s arrêtent là 😉
    Mais haut les cœurs: un voyage comme celui-là, ça se mérite!! Il n en aura que meilleure saveur après.
    Courage!!
    Et remarque bête: l’ assurance de la CB 1er devrait couvrir ce genre de « pépins », non?

    J'aime

  4. Ouch pas cool ce début de voyage ! Mais ça va aller maintenant, vous avez cumulé tout d’un coup A présent c’est que du bonheur ! de retour de notre chaud périple, les filles et moi-même vous souhaitons une très bonne année 2017. Bises

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s